IDHES

Frontières ouvrières : l’ouvrier et le populaire

DATE
Le 1er vendredi du mois, 13 h – 15 h
1er décembre 2017 – 1er juin 2018

LIEU
EHESS
salle A04_47 (sauf autres indications dans le programme ci-dessous)
54 bd Raspail
75006 Paris

ORGANISATION
Yves Cohen, EHESS, CRH-PRATO
Eric Geerkens, Université de Liège
Nicolas Hatzfeld, Université d’Évry-Val d’Essonne, Idhe.s
Isabelle Lespinet, Université Paris 1, CHS
Xavier Vigna, université de Bourgogne, centre Georges Chevrier

CONTACT
Nicolas Hatzfeld, université d’Évry, Idhe.s

PRÉSENTATION

Après une patiente analyse des enquêtes qui aux XIXe et XXe siècles visaient l’identité ouvrière pour elle-même, le séminaire se propose d’explorer les délimitations qui en sont proposées, à partir de l’opposition « eux » et nous », chère à Richard Hoggart. Il s’agit donc de scruter les variations que connaissent les contours des mondes ouvriers et de leurs périphéries, tels qu’ils sont dessinés par différents acteurs. Il s’agit particulièrement d’examiner les articulations entre l’ouvrier et le populaire et de mettre en tension ces deux catégories, en examinant ce qui tantôt permet d’inclure l’ouvrier dans le populaire, ce qui « frotte » dans cette inclusion ou qui y fait obstacle, voire ce qui tend à substituer une catégorie à l’autre.

Une telle dialectique pourra être interrogée dans toute l’Europe et à toutes les échelles, à partir de :

  • certains moments considérés comme fédérateurs comme 1848, le Front populaire ou les années 68, et d’autres plutôt vus comme des moments de crise de l’ordonnancement social ;
  • certaines thématiques : l’ouvrier en ses territoires (le foyer, le quartier, la ville, le pays) ou ses communautés imaginées (l’entreprise, la classe, la nation, le peuple de Dieu) ;
  • certaines oppositions catégorielles, tantôt forgées par la statistique publique et les sciences sociales, tantôt par les protagonistes mêmes, tantôt par les politiques publiques : ouvrier vs paysan ; col blanc vs col bleu et la ligne de col ; ouvrier vs immigré ; ouvriers blancs vs gens de couleur ; ouvrier vs subalternes ;
  • certaines identifications ou stigmates : la langue, le corps, le répertoire de l’action collective renvoyant lui-même à des formes supposément typiques : l’émeute, la grève, la révolution, le bris de machines, etc. ;
  • des pratiques et doctrines de certaines organisations du mouvement ouvrier – les syndicats, les mutualités, les coopératives, les partis politiques – lorsqu’elles incluent ou rejettent certaines catégories de personnes.

PROGRAMME

Vendredi 1er décembre 2017
Séance de lancement

Vendredi 12 janvier 2018 (salle AS1_23)
Emmanuel Bellanger | CNRS, CHS
« Tout pour le peuple et par le peuple » : l’ouvrier-maire à l’épreuve de la gouvernance municipale et métropolitaine (années 1880-1980)

Vendredi 2 février 2017
Bastien Cabot | EHESS
Les échelles de l’appartenance ouvrière : territoires miniers, nation et immigration dans le nord de la France à la fin du XIXe siècle

Vendredi 6 avril 2018
Samuel Hayat | CNRS – CERAPS
Ordre communautaire et luttes ouvrières chez les mineurs d’Anzin au XIXe siècle

Vendredi 4 mai 2018
Maurizio Gribaudi | EHESS, CRH
Lieux de vie et de travail et projets de république démocratique et sociale : les ouvriers parisiens de 1848

Vendredi 8 juin 2018 (salle AS1_23)
Ingrid Hayes | université Paris Nanterre, IDHE.S
Lorraine Cœur d’acier : Ouvriers, femmes d’ouvriers, intellectuel.les : voies et limites du melting pot radiophonique

 

Retrouvez la présentation de ce séminaire sur le site de l’EHESS : https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1199//

ARTICLES CONNEXES

Back to Top