IDHES

Le laboratoire

L’IDHE.S, « Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société », est une Unité Mixte de Recherche (UMR 8533) en histoire, économie et sociologie. L’IDHE.S associe aujourd’hui cinq pôles universitaires : l’École normale Supérieure Paris-Saclay, les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris 8 Vincennes Saint-Denis, Paris Nanterre, Université Paris-Saclay – Université d’Évry  et le CNRS autour d’un projet scientifique à dimension européenne.

Elle est rattachée aux sections 33 – Mondes modernes et contemporains, 36 – Sociologie et sciences du droit, 39 – Espaces, territoires et sociétés et 40 – Politique, pouvoir, organisation du Comité national du CNRS.

L’IDHE.S compte aujourd’hui 70 membres permanents et 100 doctorant·es.

Pluridisciplinarité

L’originalité de l’IDHE.S est d’être un point de rencontre entre des historiens, des sociologues et des économistes autour d’un objet central, les activités économiques envisagées dans leurs dimensions les plus concrètes, comme objet de coordination d’une pluralité d’acteurs. Il ne s’agit pas de postuler l’existence de catégories élémentaires préétablies, telles que le salariat, l’entreprise, la finance ou l’État, comme autant d’entités distinctes définissant des champs de recherche spécifiques et ne se croisant que ponctuellement en fonction d’initiatives individuelles. Travail, entreprises, finance, marchés sont au contraire envisagés comme autant de facettes de ce même objet que sont les activités économiques, structurées par des institutions elles-mêmes prises dans le mouvement historique qui permettent aux acteurs d’en préciser la portée et de peser sur leurs dynamiques. La perspective de longue durée (XVIIIe-XXIe siècle) dans laquelle s’inscrivent les recherches offre le recul suffisant pour observer ces dynamiques complexes de développement, au cours desquelles se cristallise un État de droit, et s’établissent les bases institutionnelles de l’économie et des configurations sociales qui l’accompagnent.

Projet scientifique 2019-2023

Le projet scientifique 2019-2023 de l’IDHE.S interroge la dynamique de ces institutions à travers trois domaines : le travail, les savoirs et les capitaux.

Le domaine « Travail » (domaine 1) analyse le fonctionnement des entreprises, les professions et les dynamiques de professionnalisation. Les questions du prix et de la valeur du travail, des régulations des relations de travail, des espaces et mobilités professionnels y sont abordées à partir de leurs dynamiques institutionnelles.

Le domaine « Savoirs » (domaine 2) s’intéresse à la construction des savoirs avec une démarche tant critique que réflexive. L’analyse des démarches de quantification, d’élaboration de savoirs experts, des représentations du travail, attentive aux contextes coloniaux et décoloniaux ou aux perspectives de digitalisation de l’économie et de la société, est une autre façon d’accéder à la compréhension des dynamiques institutionnelles. Ce domaine inclut une analyse des dynamiques de l’enseignement supérieur et de la recherche en longue durée.

Le domaine « Capitaux » (domaine 3) aborde les dynamiques des systèmes financiers et monétaires et leur recomposition dans le temps et dans l’espace en portant une attention soutenue aux acteurs et aux institutions des marchés, comme aux flux, aux circulations et aux mobilités des capitaux.

Ces trois domaines de recherche ne sont pas pour autant étanches, et sont reliés entre eux par des thématiques transversales.

La première porte sur les échelles d’action, de perception et de représentation (du local au régional, au national au global ; du micro- au méso- et au macro-économique et social…). Il s’agit ici d’articuler les approches à des échelles différentes selon l’angle de vue adopté (celui des produits, des marchés, des acteurs, des institutions…).

La seconde porte sur les inégalités (de genres, de classes, d’origines, d’espaces et de territoires…) qui s’inscrivent comme des composantes contradictoires — de freinage ou d’accélération — des dynamiques économiques et sociales.

La troisième concerne l’action publique (les équilibres public/privé, les biens communs…) qui, à travers les décalages entre propriété/appropriation/usages éclaire sur les dynamiques et leurs modes de légitimation à l’œuvre sur le temps long.

Animation de l’unité

La direction de l’unité est exercée de manière collégiale, au sein d’un bureau composé du directeur ou de la directrice de l’unité, des directeurs et directrices des cinq sites et de la secrétaire générale. La direction s’appuie sur un conseil de laboratoire, composé de membres élus et sur consultation de l’assemblée générale.

Historique

L’IDHE.S a été créée en 1997 par le CNRS et des partenaires universitaires, à partir de l’Institut d’Histoire Économique et Sociale (IHES) fondé par Ernest Labrousse, du Centre d’Étude des Croissances fondé par Maurice Lévy-Leboyer et du GDR « Institutions Emploi et Politiques Économiques » fondé par Robert Salais.

L’IDHE.S a intégré des sociologues, ce qui en a fait un laboratoire véritablement interdisciplinaire. L’arrivée en janvier 2011 du Laboratoire Georges Friedmann (LGF) de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et celle du Laboratoire d’Histoire Économique, Sociale et des Techniques (LHEST) de l’Université d’Évry – Val-d’Essonne en janvier 2013 ont par ailleurs complété cette dynamique.

Direction

Les directions successives de l’IDHE.S ont été assurées par :

1998-2001 : Denis Woronoff (directeur) et Rober Salais (directeur adjoint)
2002-2005 : Robert Salais (directeur) et Michel Lescure (directeur adjoint)
2006-2009 : Michel Lescure (directeur) et Claude Didry (directeur adjoint)
2010-2013 : Claude Didry (directeur) et Philippe Minard (directeur adjoint)
2014-2018 : Michel Margairaz (directeur) et un bureau composé des directions de site
2019-2023 : Valérie Boussard (directrice) et un bureau composé des directions de site

Back to Top