IDHES

Mathieu Grégoire, invité au “Temps du débat”, France Culture, 5 juin 2024

Mathieu Grégoire, professeure de sociologie à l’université Paris Nanterre, était l’invité de l’émission “Le temps du débat” du 5 juin 2024, sur la nouvelle réforme de l’assurance chômage.

Écouter l’émission

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-temps-du-debat/assurance-chomage-comment-se-pense-une-nouvelle-reforme-5950193

Informations détaillées

Réseau : France Culture
Émission : Le temps du débat
Épisode : Assurance-chômage : comment se pense une nouvelle réforme ?
Date : Mercredi 5 juin 2024
Durée : 38 minutes

Intervenants

Bertrand Martinot. Économiste, expert associé à l’Institut Montaigne sur l’emploi et le travail

Mathieu Grégoire. Professeur en sociologie à l’université Paris Nanterre, chercheur à l’IDHE.S

Yves Zoberman. Ancien directeur de centre culturel français à l’étranger, maître de conférence à Sciences po Paris

Présentation

Le gouvernement a annoncé il y a dix jours la quatrième réforme de l’assurance-chômage en sept ans, qui devrait être mise en œuvre le 1er décembre prochain.

Une réforme qui présente comme but le retour au plein emploi mais fera aussi faire d’importantes économies budgétaires.

Une des principales critiques qu’elle reçoit provient du calendrier : elle intervient en effet avant que l’évaluation des précédentes réformes ne soit aboutie. Et elle accentue également l’idée d’une reprise en main par l’État d’un système dévolu auparavant aux partenaires sociaux.

Comment se décide le calendrier et le périmètre d’une telle réforme ? A quels impératifs répond-elle ?

Entre théorie et pratique : comment penser le chômage ?

Bertrand Martin : « L’assurance chômage est un drame de la science économique car la théorie est très belle mais elle n’a aucune conséquence opérationnelle. Toute la théorie vous dit que l’assurance chômage ne doit être ni trop favorable au risque de créer une désincitation au retour à l’emploi, ni trop dure, parce cela oblige les chômeurs à reprendre n’importe quel emploi, à être sous-payés. Cette situation est d’ailleurs favorable ni pour le chômeur, ni pour l’employeur car embaucher quelqu’un dont la seule idée est de partir immédiatement pour avoir un meilleur salaire ou un meilleur emploi n’est pas une situation que l’on peut souhaiter. Il faut donc trouver un équilibre. Toutefois j’observe que malgré les réformes, la France va être dans la moyenne européenne. Bien sûr, on ne peut pas comparer deux marchés de l’emploi mais on peut comparer les assurances chômage en regardant les constitutions d’éligibilité, la durée d’indemnisation et les taux de remplacement ».

Mathieu Grégoire : « Il me semble intéressant d’évoquer un cas qui est un peu particulier, mais qui est le cœur des réformes précédentes, à savoir le cas de tous ceux qui ont un emploi intermittent, saisonnier, etc. En effet la théorie économique indique qu’il y a un arbitrage travail-loisir à mettre en place. Ainsi s’il y a trop d’indemnités, les salariés ne vont pas chercher d’emplois. Ainsi, pour les encourager à prendre l’emploi, il faut diminuer l’assurance chômage. Toutefois cela fonctionne dans le sens exactement contraire pour les saisonniers et pour les intérimaires puisque ces travailleurs, s’ils n’ont pas de garantie pour l’après saison, ils ne travailleront pas comme saisonniers. Cela est un point extrêmement important parce que le gouvernement a le diagnostic strictement contraire, il a détruit les droits des salariés saisonniers et il ne génère que des difficultés supplémentaires sur ces marchés du travail ».

Yves Zoberman : « Le problème du chômage n’est pas seulement un problème économique. En effet ce n’est pas seulement parce qu’on va faire des économies avec les chômeurs qu’on va résoudre le problème. Il faut selon moi aller plus loin en s’intéressant notamment aux nouvelles formes de déconnexion entre le travail et le revenu qui se mettent en place actuellement ; il y a notamment le revenu universel mais je pense aussi à la taxe Tobin européenne. Il est évident que si on ne se pose pas le problème politique et social, mêlé à l’économie, on n’arrivera pas à résoudre ce problème du chômage ».

Tagged with:
ARTICLES CONNEXES

Back to Top